Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

Pôles d'attraction technologiques (PAT)


Organisation:

  • Responsable(s) Politique scientifique fédérale:
    Harmegnies Dimitri
    Info
  • Décision finale du conseil des ministres: 1/6/2001
  • Durée des recherches: 1/12/2002 - 31/12/2005
  • Budget: 8,939,000.00 EUR
  • Projets de recherche: 7

Comité d'accompagnement:

Administrations concernées, parastataux spécialisés dans les domaines concernés, Fédération des entreprises de Belgique, un expert de l'ESA.


Objectifs:

Les Pôles d'attraction technologiques (PAT) ambitionnent de renforcer la dynamique de l'innovation en valorisant le potentiel de recherche développé à l'échelle du pays. Concrètement, il s'agit d'une action d'impulsion pluriannuelle sous forme d'un ensemble de projets de recherche axés sur le développement de connaissances scientifiques et technologiques dans le but de déboucher sur des méthodes, des procédés et des outils capables de générer l'innovation dans le secteur industriel.

A côté des équipes de recherche des universités et des centres qui leur sont associés, il est fait appel aux Centres sectoriels de recherche collective, dits Centres 'De Groote', et aux Centres assimilés (CORI, CRM, IBS, INV et LABORELEC).

Le but est double: d'une part, assurer la pertinence des projets PAT par rapport aux besoins du secteur industriel et, d'autre part, optimiser le transfert des résultats attendus des projets. Plus précisément, l'expertise des Centres 'De Groote' est mise à profit pour identifier les besoins du secteur industriel lors de l'élaboration des projets et pour veiller à ce que les résultats des projets soient transférés vers les utilisations de manière concrète et facilement applicable. La vocation sectorielle des Centres 'De Groote' offre en outre la garantie que les résultats des projets seront mis à la disposition d'un maximum d'entreprises, qu'elles aient ou non manifesté un intérêt dans le cadre des PAT.


Description:

Les domaines choisis, qui tous trois s'inscrivent dans les compétences fédérales, sont:

- la normalisation
- les télécommunications
- le spatial

Chacun de ces domaines a été retenu pour des raisons spécifiques:

- Le premier, parce qu'il est de plus en plus appelé à intervenir dans un très grand nombre de secteurs de la vie socio-économique du pays et qu'un effort s'impose pour une mise en application efficiente de la normalisation.
- Le deuxième, parce qu'il sous-tend la dynamique de la société d'information et que, partant, il s'inscrit dans la problématique de la cohésion sociale.
- Le troisième enfin, parce qu'il est par excellence porteur de technologies génériques dans des secteurs clés comme les télécommunications, les sciences des matériaux ou l'observation de la Terre.

De plus, ces trois domaines ont atteint en Belgique un degré de maturité suffisant pour que soit à présent lancé un effort supplémentaire en vue de rentabiliser davantage les connaissances scientifiques et technologiques en les modulant aux nouveaux besoins du secteur industriel.

Les PAT sont organisés de manière à maximaliser les synergies interdisciplinaires et transectorielles.
Chaque proposition comprend au moins un établissement universitaire et un centre de recherche (centre de recherche 'De Groote' ou assimilé). Chaque projet est accompagné par un comité de suivi, constitué essentiellement des utilisateurs potentiels des résultats de recherche.
Une attention particulière est apportée à la problématique de la propriété intellectuelle lors de la rédaction des contrats.
Les proposants ont la possibilité de proposer une collaboration avec une université ou un centre de recherche non belge. Cette participation prend la forme d'un cofinancement à 50%, fixé à 20% maximum du budget de la proposition présentée.


A. Les télécommunications et les technologies pour la société de l’information

Contexte

La libéralisation des télécommunications est bien avancée. De nouveaux acteurs investissent dans de nouvelles infrastructures de réseaux, contribuant à une disponibilité sans cesse croissante de largeur de bande. La concurrence se traduit par une diminution des prix, permettant ainsi à de nouveaux services de télécommunications de devenir une réalité commerciale. Internet s'est imposé comme plate-forme interactive pour l'échange d'informations, pour les entreprises comme pour les particuliers. Le GSM a révolutionné le secteur des télécommunications en intégrant les utilisateurs mobiles dans les réseaux de télécommunications fixes existants.

Le cadre est donc en place pour l'émergence de la société de l'information. L’ensemble des technologies qui lui sont associées sont en train de transformer l’économie et la société, en créant de nouvelles formes de travail et de nouveaux types d’entreprises, mais aussi en apportant des solutions novatrices à des problèmes majeurs auxquels la société est confrontée, notamment dans les domaines des soins de santé, de l’environnement, de la sécurité, de la mobilité et de l’emploi.

Cette évolution crée de nouvelles opportunités, en élargissant les services d'information et de communication dans des domaines d'intérêt général, en contribuant au développement économique et au dynamisme social et en stimulant les entreprises conjointes entre secteurs public et privé.

Au niveau européen, le plan d’action 'e-Europe - une société de l’information pour tous' constitue l’initiative politique qui cadre les différentes actions en vue d’assurer que la progression vers la société de l’information emprunte la voie de la cohésion et de l’intégration; parmi ces actions très diversifiées, deux concernent plus spécifiquement l’établissement et l’implémentation d’une infrastructure technique performante:

- en amont, le programme 'Information Society Technologies - IST' du 5ème programme-cadre de R&D, dont l’objectif prioritaire est le soutien à l’innovation technologique des entreprises et des centres de recherche européens en vue d’améliorer la compétitivité européenne dans le marché mondial des technologies électroniques et de communication; les documents préparatoires du 6ème programme-cadre de R&D (2002-2006) indiquent qu’un effort soutenu sera maintenu dans ce domaine au cours des prochaines années;

- en aval direct des résultats de la recherche, le programme 'Trans European Telecommunications Networks - TEN-Telecom' dont l’objectif est de favoriser la soudure entre les développements technologiques arrivés à maturité et leur exploitation en champ réel, pour accélérer le déploiement commercial de nouvelles infrastructures et de nouveaux services et encourager les investissements dans les services d’intérêt commun, par le soutien à des solutions interopérables, normalisées et multiréseaux;

Cette approche européenne s’inscrit en complémentarité des politiques nationales menées par les Etats-membres, lesquelles doivent notamment permettre la constitution de centres d’innovation et de recherche performants et ouverts aux collaborations internationales.

Objectifs

Le programme vise

- à consolider un potentiel scientifique et technique, dont les activités s’inscrivent dans l’ensemble des activités relatives au développement et à l’implémentation des infrastructures de télécommunication et des technologies pour la société de l’information (numérisation, traitement, échange et diffusion d’informations de toutes natures),

- à renforcer le transfert de connaissances et résultats de recherche vers l’ensemble des secteurs socio-économiques, pour qu’ils en tirent les meilleures opportunités en fonction de leurs contraintes et besoins spécifiques,

- à promouvoir et soutenir la participation belge à l’ensemble des activités internationales, en particulier européennes, dans ces domaines, de sorte que la Belgique s’inscrive de façon active dans les développement en cours, notamment en matière de mise en place de normes et standards internationaux.


B. Secteur spatial

Contexte

Dans le cadre d’accords bilatéraux et dans le cadre de l’ESA, la Belgique consacre un budget important à la R et D spatiale. Ces engagements ont permis aux différents acteurs belges (scientifiques, industriels, utilisateurs) de développer les technologies de pointe nécessaires pour participer au développement de prototypes de systèmes, d’instruments, de satellites, de lanceurs...

Les investissements consentis dans le développement de ces technologies nouvelles spécifiques et/ou génériques portent leurs fruits: les firmes belges participent activement comme acteur dans les marchés spatiaux actuellement en plein développement à savoir: lanceur, télécom, observation de la terre, navigation...

Malgré les efforts faits par l’ESA dans ses programmes de développements technologiques, une part trop faible est consacrée aux technologies innovantes qui doivent prouver leur applicabilité à des cas concrets. C’est ici que l’action d’impulsion ‘ PAT’ trouve sa raison d’être que ce soit pour des technologies spécifiques à un domaine du spatial (télécom, observation de la terre ...) ou génériques (matériaux de structure, matériaux optiques, électronique de puissance,...).

Objectifs

Le programme vise:

- à consolider un potentiel scientifique et technique dans le domaine des technologies spatiales innovantes;
- à prouver l’applicabilité des technologies spatiales innovantes à des cas concrets que ce soit dans le domaine spatial ou en dehors de celui-ci;
- à soutenir par des recherches appropriées le transfert des connaissances et des techniques du domaine spatial vers d’autres domaines d’applications.



C. Normalisation

Contexte

L’ensemble des activités relatives à la normalisation et aux réglementations techniques a connu au cours de la décennie écoulée une profonde évolution caractérisée par le fait que de plus en plus de décisions relatives à cette problématique sont prises au niveau européen.

La décision du conseil des Ministres européen (décision du 07/05/1985) était à l’origine de ce processus qui, en vue de stimuler l’évaluation vers un marché unique, visait à s’engager dans la 'nouvelle approche' en ce qui concerne la mise au point de directives techniques.

Les organismes de standardisation européens (CEN, CENELEC, ETSI)...) ainsi que ceux des états membres jouent un rôle important dans la réalisation des activités relatives à la normalisation et réglementations techniques tant en ce qui concerne la mise en place d’un marché unique que l’amélioration au niveau individuel d’un certain nombre de facteurs tels que la sécurité et l’hygiène des produits, l’environnement ...

Le fait qu’une part importante de décisions en matière de réglementation européenne des différents états membres soit actuellement relative à la normalisation, a pour conséquence que les pouvoirs publics, au même titre que les autres acteurs concernés, doivent fournir de meilleurs résultats dans leurs travaux de normalisation et des réglementations techniques et ceci, de façon plus formelle et plus constante que jadis. La prise de décision au niveau européen dans le cadre de ces activités est arrivée à un stade tel que seul un engagement continu et constructif peut porter ses fruits.

Cette constatation demande donc un effort soutenu au niveau de la recherche et développement.

Objectifs

Le programme vise:

- à consolider un potentiel scientifique, dont les activités s’inscrivent dans l’ensemble des activités relatives à la normalisation et aux réglementations techniques en Belgique, et à générer un large intérêt des milieux scientifiques pour cette problématique spécifique.

- à renforcer le transfert de connaissances et résultats de recherche du monde académique vers des projets plus applicatifs.

- à promouvoir la participation belge à l’ensemble des activités relatives à la normalisation et aux réglementations techniques européennes de sorte que la Belgique puisse jouer à terme un rôle plus important dans le processus de normalisation européen. Il a pour but de développer davantage le potentiel scientifique belge en la matière et d’accroître la participation des acteurs importants qui actuellement ne sont pas assez impliqués dans cette problématique (monde scientifique, instances officielles, utilisateurs/consommateurs ...).


Projets de recherche:

PA/04: Evaluation de la performance des systèmes de revêtement pour la menuiserie extérieure en bois

PA/09: Cellules solaires organiques flexibles pour textiles générateurs d’énergie SOLTEX

PA/11: Traceability rules and actions against counterfeiting for international normalization groups

PA/22: CHASM: L’application pratique des normes pour la santé, l’environnement et la sécurité en machinerie

PA/28: Méthodes d'essai fiables de résistance d'adhérence et aux dommages des « laser claddings » (COSTA)

PA/31: Procédures d’analyse de conception statiques et dynamiques pour des constructions avec des paramètres incertains

PA/32: Rapid prototyping and manufacturing for space components


Documentation:

Performance assessement of coating systems for exterior wooden joinery : final report   Brussels : Federal Science Policy, 2007 (SP1828)
[Pour télécharger

Flexible, organic solar cells for power generating textiles SOLTEX : final report   Brussels : Federal Science Policy, 2007 (SP1829)
[Pour télécharger

TRACING : Traceability rules against counterfeiting for international normalization group : final report   Brussels : Federal Science Policy, 2007 (SP1830)
[Pour télécharger

CHASM : Coping with health, environmental and safety aspects in standards for machinery : final report   Brussels : Federal Science Policy, 2007 (SP1831)
[Pour télécharger

Controlled straining tests for the adhesion and damage resistance of laser claddings (COSTA) : final report   Brussels : Federal Science Policy, 2007 (SP1832)
[Pour télécharger

Static and dynamic design analysis procedures for structures with uncertain parameters : final report   Brussels : Federal Science Policy, 2007 (SP1833)
[Pour télécharger

Rapid prototyping and manufacturing for space components : final report   Brussels : Federal Science Policy, 2007 (SP1834)
[Pour télécharger



A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique