Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

Après l'enquête. Une recherche qualitative de compréhension et de recommandations pour les décideurs

Projet de recherche AG/FF/087 (Action de recherche AG)


Personnes :


Description :

INTRODUCTION

Cette recherche examine en profondeur et tend à expliquer les attitudes des citoyens à l’égard de la justice. Il s’agit d’une enquête qualitative qui, via l’organisation de focus groups avec des citoyens, a pour objectif de comprendre comment les gens se forment une image de la justice.
Sur le terrain, cette recherche est réalisée, en Flandre, par le service de criminologie de la Katholieke Universiteit Leuven (KUL), sous la direction des Professeurs J. Goethals, S. Parmentier et G. Vervaeke. Pour la partie francophone du pays, la recherche est menée par l’Université de Liège (ULg), sous la direction des Professeurs G. Kellens et A. Lemaître, du service de criminologie, et du Professeur R. Doutrelepont, du service de sociologie générale, de méthodologie et d'épistémologie en sciences sociales. Cette recherche fait suite à une vaste enquête d’opinion – enquête quantitative - à propos de l’attitude de la population vis-à-vis de la justice, réalisée précédemment par les mêmes partenaires dans le cadre des services du Premier Ministre pour les Services Fédéraux des Affaires Scientifiques, Techniques et Culturelles (SSTC) – aujourd’hui, Service Public de Programmation Politique Scientifique.
Dans ce cadre, un « baromètre » a été développé afin de photographier de manière récurrente l’attitude de la population à l’égard de la justice. Après une première analyse de cette enquête, les résultats obtenus révèlent que les citoyens ont globalement peu confiance en la justice. Outre cet enseignement général, d’autres éléments ont été passés en revue par l’ensemble des personnes interrogées : les peines encourues, les peines alternatives, la libération conditionnelle, la pertinence des jurys populaires, les juges laïques, etc. Les résultats obtenus lors de la phase quantitative ne permettent toutefois pas toujours d'expliquer les attitudes inventoriées, pas plus qu’ils n’expliquent les possibles différences que l’on constate entre les groupes de citoyens. En outre, il est impossible, à partir de ces résultats, de formuler des recommandations pour les décideurs, ce afin de faire quelques adaptations, s’il s’avère que c’est opportun. La recherche actuelle tente donc de pallier ces difficultés. Grâce à la recherche qualitative, les constats tirés de l’enquête quantitative vont donc pouvoir être analysés plus en profondeur.
Les résultats finaux de l’enquête serviront alors de point de départ pour une analyse approfondie des facteurs explicatifs, avec l’intention in fine d’émettre des suggestions destinées aux décideurs politiques.

OBJECTIFS DE LA RECHERCHE

Cette recherche tient à atteindre deux objectifs parallèles. Tout d’abord, il s’agira d’expliquer les résultats obtenus à la suite de l’enquête quantitative menée durant l’année 2003. Cette analyse permettra de mieux comprendre la manière dont se construisent les représentations sociales des citoyens et d’approfondir les constats relevés dans l’enquête d’opinion quantitative. Dans un second temps, il s’agira de transmettre des suggestions et des recommandations pour les décideurs du monde politique et judiciaire.

MÉTHODOLOGIE

La présente recherche comprend quatre phases:

La première de ces phases, la phase préparatoire, a été consacrée à l’étude des résultats obtenus lors de la phase quantitative. Ces derniers sont en effet la base de la recherche qualitative. Ensuite, quatre arrondissements judiciaires ont été sélectionnés sur le territoire belge : deux en Région Wallonne et deux en Région Flamande, chaque équipe de recherche prenant en charge les arrondissements qui relèvent de sa région linguistique. L'équipe de la KULeuven a choisi Anvers et Termonde. Pour l’ULg, le choix s’est porté sur les arrondissements judiciaires de Marche-en-Famenne et de Charleroi. Les équipes de recherche ont alors présenté la recherche - son objet, son contexte et ses objectifs – au Procureur du Roi ainsi qu’au Président du Tribunal de Première Instance des arrondissements judiciaires retenus. Les différents groupes de citoyens devant composer les tables rondes ont ensuite été déterminés. Les variables de l’expérience personnelle avec la Justice, de l’âge et du niveau d’instruction, qui se sont révélées significatives lors de l’analyse des résultats de l’enquête quantitative, ont donc été reprises pour composer les groupes de discussion qui se dérouleront lors de cette seconde phase. Enfin, une grille d’entretien a été élaborée, toujours sur base des résultats de l’enquête d’opinion.

La deuxième phase est consacrée à la collecte des données proprement dite. Pour cela, huit focus groups par arrondissement judiciaire auront donc lieu. Un grand nombre de perspectives et d’opinions diverses devrait ainsi être recueilli. Ces propos feront ensuite l’objet d’une analyse. Suivront alors quatre focus groups avec, cette fois, des professionnels, acteurs-clés du monde judiciaire et para-judiciaire des arrondissements judiciaires retenus : magistrats, policiers, personnel de services para-judiciaires et avocats. Chacun de ces groupes sera informé puis amené à réagir aux constatations et résultats issus des groupes composés de citoyens. Les participants à ces tables rondes réunissant des professionnels du milieu de la Justice seront également amenés à valider les explications et les suggestions qui auront émergé des discussions avec les citoyens.

Dans un troisième temps, les équipes de recherche seront occupées par l’analyse des données. Bien que l’analyse des données fasse l’objet d’une phase spécifique, le traitement et l’analyse de ces données seront effectués à divers moments dans la recherche. Pour l’analyse, il sera fait recours au programme statistique Nudist, qui permettra de traiter et d’analyser les entretiens retranscrits. L’objectif de ce programme est de clarifier quelque peu les choses au regard du nombre important d’informations présentes de manière telle que d’autres chercheurs puissent savoir de quelle manière l’information recueillie est utilisée.

La quatrième et dernière phase est celle de la dissémination des résultats. Un rapport de synthèse sera ensuite rédigé. Enfin, un congrès sera organisé à l’intention des décideurs du monde judiciaire, de la police et des médias.


Documentation :

La Justice en question: une approche qualitative à partir du "baromètre de la justice" = Justitie in vraag gesteld: een kwalitatieve benadering vertrekkende vanuit de "justitiebarometer"  Goethals, Johan - Lemaître, André - Doutrelepont, René ... et al  Gent : Academia Press, 2005 (PB6130)

La justice en question. Après le "baromètre de la Justice": une recherche qualitative : résumé    Bruxelles : Politique scientifique fédérale, 2004 (SP1390)
[Pour télécharger

Justitie in vraag gesteld. De "justitiebarometer" voorbij: een kwalitatief onderzoek : samenvatting    Brussel : Federaal Wetenschapsbeleid, 2004 (SP1391)
[Pour télécharger

Justice in question. After the "barometer of Justice": a qualitative research : summary    Brussels : Federale Science Policy, 2004 (SP1392)
[Pour télécharger

A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique