Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

Impact des espaces verts et bleus sur la morbidité et mortalité spécifiques en Belgique (GRESP-HEALTH)

Projet de recherche BR/143/A3/GRESP-HEALTH (Action de recherche BR)


Personnes :

  • Prof. dr.  NEMERY Benoît - Katholieke Universiteit Leuven (K.U.Leuven)
    Coordinateur du projet
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2014-15/3/2019
  • Mevr.  VAN NIEUWENHUYSE AN - Institut scientifique de Santé publique (ISP)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2014-15/3/2019
  • Mme  THOMAS Isabelle - Université Catholique de Louvain (UCL)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2014-15/3/2019
  • Prof. dr.  NAWROT Tim - Universiteit Hasselt (UHASSELT)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2014-15/3/2019
  • Dr.  BOULAND Catherine - Université Libre de Bruxelles (ULB)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2014-15/3/2019
  • Prof. dr.  DEBOOSERE Patrick - Vrije Universiteit Brussel (VUB)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2014-15/3/2019

Description :

DESCRIPTION DU PROJET


Habiter à proximité d’espaces verts ou bleus est souvent associé à une meilleure santé. Ceci pourrait être dû à une moindre exposition à la pollution atmosphérique et au bruit, à plus d’opportunités pour des activités physiques, à la facilitation des contacts sociaux et/ou une meilleure récupération de la fatigue et du stress. Toutefois, des facteurs socio-économiques (SE) expliquent aussi les inégalités sur le plan tant de la santé que de l’accès aux espaces verts/bleus.

Le projet GRESP-HEALTH (Impact of green/blue spaces on specific morbidity and cause-specific mortality in Belgium) vise à évaluer les associations entre le fait d’habiter dans ou à proximité d’espaces verts/bleus et la morbidité et la mortalité en Belgique, au cours de divers stades de la vie, de l’enfance à la vieillesse. Nous évaluerons la mortalité (toutes causes confondues et selon certaines causes spécifiques), certaines pathologies spécifiques, ainsi que la perception de sa propre santé, tout en tenant compte de polluants environnementaux et de facteurs SE, et cela pour divers niveaux d’agrégation dans l’espace.

Le projet concernera toutes les personnes recensées en 1991 et/ou 2001 (Recensement de la Population det des Logements). Les analyses se feront selon trois niveaux principaux d’analyse: individuel, secteur statistique et groupe de secteurs statistiques partageant les mêmes caractéristiques en termes d’espaces verts/bleus et de pollution. Ceci permettra de faire des analyses individuelles et écologiques. La mortalité sera étudiée à partir des statistiques de mortalité nationales, en combinant les données de la mortalité entre 2000 et 2010 avec les facteurs socio-économiques des recensements de 1991 et 2001. Les données sur la perception de sa propre santé sont disponibles dans le recensement de 2001. La morbidité spécifique (2004-2012) sera dérivée de la base de données IMA-AIM (“Intermutualistisch Agentschap – Agence Inter-Mutualiste”), qui contient les données individuelles de remboursements pour prescriptions et autres actes médicaux. En ce qui concerne les espaces verts/bleus, leur surface, forme, accessibilité et typologie seront étudiés à l’échelle de chaque secteur statistique. L’exposition à la pollution atmosphérique sera obtenue pour chaque secteur statistique à partir d’images satellites (CORINE) et les bases de données concernant l’exposition au bruit seront utilisées selon leur disponibilité. Les indices de pauvreté, de niveau d’éducation et de statut professionnel seront utilisés comme indicateurs de statut SE (SES). Toutes les analyses seront faites séparément pour différentes catégories d’âge (bébés, enfants, adultes). Nous utiliserons des modèles multi-niveaux dans le cas de données groupées dans des zones géographiques (individus, ménages, secteurs statistiques, communes). Dans la mesure du possible, ces modèles tiendront compte du SES, de la perception de l’environnement, de la pollution de l’air ou par le bruit, ainsi que du type d’environnement (urbain, suburbain, périurbain, et rural). Les interactions entre espaces verts/bleus et la pollution et/ou les facteurs SE seront évaluées et des analyses stratifiées seront faites par catégories de niveau SE et caractéristiques environnementales semblables. En outre certaines catégories particulières (selon l’âge, le genre, l’emploi, ...) seront considérées.

A ce jour, les effets de l’environnement naturel sur la santé et la mortalité n’ont pas fait l’objet d’études systématiques en Belgique et les études existantes sur le sujet n’ont jamais intégré les approches géographiques, sociologiques et environnementales. Une des forces du projet GRESP-HEALTH consiste en l’intégration de ces différentes disciplines. Notre projet n’intègre pas seulement les approches sociologiques et environnementales, mais également les approches de santé publique et de géographie. Cette multidisciplinarité sera bénéfique tant pour les méthodologies appliquées que pour interpréter les résultats obtenus.

Ce projet d’analyse à l’échelle nationale ne pourrait pas être réalisé facilement dans d’autres pays d’Europe. En effet, la possibilité de lier entre elles des données de mortalité et de morbidité, des données socio-économiques et démographiques à l’échelle individuelle pour tout un pays sera assez unique. A notre connaissance, seuls les pays nordiques auraient accès à des données aussi complètes.

Il est bien établi que la santé peut être influencée par les politiques, non seulement dans le domaine de la santé, mais également dans d’autres domaines. Les conclusions de notre projet de recherche offriront une base solide pour les politiques de l’aménagement du territoire urbain et rural, ainsi que pour la promotion de la santé. Des mesures politiques et des actions de prévention pour des catégories vulnérables de la population pourront être proposés aux niveaux fédéral, régional, municipal et local.

La proximité des espaces verts/bleus, leur accessibilité, leurs caractéristiques et l’environnement social ont un impact sur l’utilisation que fait la société des espaces verts. Les choix sociétaux faits en matière d’utilisation de l’espace influencent la direction et la grandeur des effets sanitaires. Par conséquent, il est très pertinent d’essayer de mieux comprendre les liens existant entre les espaces verts/bleus et la santé ou la mortalité, tout en tenant compte de l’impact de facteurs socio-économiques et environnementaux et en les contrôlant. La traduction des résultats de nos recherches se fera au travers des médias et la toile, et par une approche de la société civile et des organisations socio-culturelles afin de promouvoir la santé et la qualité de vie en relation avec l’utilisation des espaces verts/bleus dans leur voisinage tant en ville qu’à la campagne.


A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique