Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

Glissements de terrain en Afrique équatoriale: Identifier des stratégies de résilience culturellement, techniquement et économiquement réalisables (AfReSlide)

Projet de recherche BR/121/A2/AfReSlide (Action de recherche BR)


Personnes :

  • Prof. dr.  KERVYN Mathieu - Vrije Universiteit Brussel (VUB)
    Coordinateur du projet
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/10/2013-31/12/2018
  • Dr.  DEWITTE Olivier - Musée Royal de l'Afrique Centrale (MRAC)
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/10/2013-31/12/2018
  • Dr.  VRANKEN Liesbeth - Katholieke Universiteit Leuven (K.U.Leuven)
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/10/2013-31/12/2018
  • Dr.  POESSEN Jean - Katholieke Universiteit Leuven (K.U.Leuven)
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/10/2013-31/12/2018
  • Dr.  JOIRIS Véronique - Université Libre de Bruxelles (ULB)
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/10/2013-31/12/2018

Description :

Les glissements de terrain (GT) posent d’importants problèmes dans de nombreuses régions équatoriales. Leur impact dépend de leur taille et de leur vitesse, des éléments à risque et de la vulnérabilité de ces éléments. Ces problèmes sont particulièrement aigus en Afrique équatoriale où de grandes densités de population hautement vulnérable aux aléas géologiques sont présentes dans des régions montagneuses où les précipitations sont élevées et les sols profondément altérés. Chaque année, les GT infligent des pertes humaines et des dégâts structurels et fonctionnels au niveau des infrastructures et des propriétés. En outre, les pertes liées aux GT devraient augmenter à l'avenir en réponse à une pression démographique accrue dans les zones exposées, à la déforestation et aux changements d’affectation et d’utilisation du sol que cela implique, et aux changements climatiques induisant des précipitations plus élevées ou plus intenses .

De nombreuses recherches se sont concentrées sur le rôle des facteurs naturels et des activités humaines dans l’occurrence ou la réactivation des GT. Ces études se limitent le plus souvent à la production de cartes de susceptibilité, ce qui s’avère insuffisant pour une gestion efficace des risques. Le renforcement des capacités de résilience nécessite une estimation réelle de l’aléa, prenant en compte la distribution spatiale des futurs GT, leur composante temporelle et leur intensité, une analyse quantitative des conséquences socio- économiques et une identification des stratégies de résilience appropriées, peu coûteuses, techniquement efficaces et culturellement acceptables et adaptées aux moyens de subsistance des populations vulnérables. Une telle analyse est cruciale car elle permet de fournir des recommandations pratiques pour les ménages et les décideurs politiques pour atténuer les dommages liés aux GT.

Ce projet se concentre sur quatre zones d'étude représentatives connues pour avoir beaucoup souffert de GT déclenchés par des précipitations en Ouganda (Mont Elgon, Mont Rwenzori) et au SO et NO du Cameroun (Mont Cameroun, Bamenda). Dans deux de ces régions, des études préliminaires sur les caractéristiques et la susceptibilité aux GT ont déjà été réalisées, tandis que des cartes de risque, une analyse de l'impact socio-économique et des stratégies de résilience font complètement défaut. Ce projet suit une approche ascendante où les questions spécifiques de recherche, les données scientifiques et les résultats de recherche sont conçus en collaboration et selon les besoins des communautés locales et des parties prenantes par le biais de réunions avec les parties intéressées et d’approches de collectes participatives de données.

L’information sur les GT est beaucoup plus limitée en Afrique équatoriale que sur les autres continents. Il existe très peu de données à l'échelle continentale et régionale et il est difficile de se faire une idée claire de la superficie totale affectée. Un des défis et objectifs de ce projet est donc de développer une méthodologie pour l'analyse de la résilience adaptée à ce manque de données. Le projet combinera étude de terrain détaillée et télédétection pour la caractérisation des GT, enquêtes socio-économiques sur les impacts des GT sur les moyens de subsistance des ménages et approches anthropologiques sur la perception des GT et les stratégies de résilience possibles.

Les objectifs spécifiques du projet sont les suivants:

1. produire des cartes de susceptibilité et identifier les périodes de retour des précipitations qui déclenchent des GT pour estimer l’aléa pour les quatre zones d'étude représentatives ;
2. analyser les éléments à risque (matériel et immatériel) et leur exposition, et développer une méthodologie pour évaluer les conséquences sur le plan économique ;
3. évaluer les stratégies de résilience actuelles et potentielles au niveau des ménages et au niveau des décideurs ;
4. analyser les prémisses culturelles qui sous-tendent les perceptions des menaces environnementales, décrire les droits fonciers et la gestion des terres, et identifier les stratégies de résilience culturellement acceptables ; 5. produire des cartes de risque et fournir des recommandations pour les stratégies de résilience les plus efficaces.

A la fin du projet, des bases de données SIG seront produites pour chaque zone d'étude, ainsi que des ensembles de données quantitatives et des recommandations écrites pour les parties prenantes. Basé sur les résultats de plusieurs cas d'étude dans les différentes régions cibles du Cameroun et de l’ Ouganda, un manuel des choses à faire et à ne pas faire pour améliorer la résilience aux GT sur base des leçons tirées des échecs et réussites sera produit avec et pour les acteurs locaux impliqués dans la gestion du risque de GT et le développement local.


Documentation :

A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique