Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

Vulnérabilité ÉNergétique selon la Génération et le Genre: Réalités et politiques Sociales (2GENDERS)

Projet de recherche BR/121/A5/2GENDERS (Action de recherche BR)


Personnes :

  • Prof. dr.  BARTIAUX Françoise - Université Catholique de Louvain (UCL)
    Coordinateur du projet
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/10/2013-31/12/2017
  • Dr.  OOSTERLYNCK Stijn - Universiteit Antwerpen (UA)
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/10/2013-31/12/2017
  • Dr.  LAHAYE Willy - Université de Mons (UMONS)
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/10/2013-31/12/2017
  • Dr.  DAY Rosie - University of Birmingham (UNI-BHAM)
    Partenaire financé étranger
    Durée: 1/10/2013-31/12/2017

Description :

Contexte

Le projet 2GENDERS se focalise sur la pauvreté énergétique en Belgique. En quelques mots, la pauvreté énergétique peut être comprise comme l’impossibilité d’accéder à des services énergétiques adéquats au sein du foyer. La pauvreté énergétique est une préoccupation réelle dans la société belge actuelle, les prix de l’énergie et les inégalités économiques étant en hausse. Les prix dans le logement augmentent et l’énergie affecte différemment les secteurs de la société les plus pauvres. L’accès à l’énergie et aux services qu’elle fournit peut devenir précaire, avec des conséquences très négatives sur le bien-être, menaçant la dignité et une vie décente qui sont reprises comme droits fondamentaux dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne. La Belgique a repris la pauvreté énergétique dans son plan d’action fédéral pour enrayer la pauvreté, mais il reste beaucoup à faire pour atteindre cet objectif.

Objectifs généraux et questions de recherche sous-jacentes

Le projet va décrire le phénomène et les populations concernées, mettre le cas échéant en évidence les liens entre la pauvreté énergétique et les relations sociales, la mobilité et la santé déclarée, et délibérer des interventions possibles avec un éventail de parties prenantes importantes, en ce compris des personnes en situation de pauvreté énergétique. Une attention particulière sera accordée aux aspects de genre et de génération, car il y a de bonnes raisons de croire que la pauvreté énergétique ne se manifeste pas de la même manière en fonction du genre et de la génération – par exemple les mères célibataires et les personnes âgées peuvent être plus touchées. L'objectif final du projet est de fournir aux décideurs un ensemble d'options et de recommandations politiques qui soient théoriquement et empiriquement fondées pour diminuer le phénomène de la pauvreté énergétique en Belgique, et ses effets.

Nature de l'interdisciplinarité

L’équipe en charge de ce projet est multidisciplinaire, ce qui est pertinent car la compréhension de la pauvreté énergétique et de ses vulnérabilités associées requière la prise en compte de multiples angles de vue et ce travail nécessite plusieurs compétences (socio-anthropologie, psychologie, économie, démographie et statistique, philosophie). Un partenariat a également été établi avec le Royaume-Uni, où la problématique de la pauvreté énergétique est à l’agenda politique et scientifique depuis plus de deux décennies. Le projet 2Genders pourra donc s’appuyer sur les derniers travaux sur l’analyse conceptuelle de la pauvreté énergétique et sur cette expérience internationale pour la combattre.

Méthodologie

Définir la pauvreté énergétique n’est pas chose aisée et ce projet évaluera la pertinence de différentes définitions pour le contexte belge avant d’identifier l’étendue de la pauvreté énergétique au sein de la population belge. Cette identification se fera sur la base d’analyses statistiques de grandes bases de données dont les enquêtes SILC et GGP (Gender and Generation Programme). Pour aller plus loin dans la compréhension fine des circonstances conduisant à la pauvreté énergétique, nous aurons recours à des méthodes qualitatives dont des entretiens approfondis dans chacune des trois Régions de Belgique, et l’observation participante dans deux d’entre elles. Des travailleurs sociaux seront impliqués en tant que médiateurs et intermédiaires.
Une partie importante du programme de travail sera de comprendre les aspects multidimensionnels de la pauvreté énergétique, en ce compris par exemple les vulnérabilités liées aux relations sociales, au travail et à l'étude, à la mobilité et à la santé. Cette approche se fonde sur le travail fait actuellement au Royaume-Uni et au-delà, qui voit la pauvreté énergétique comme une forme de vulnérabilité associée à un certain nombre de capabilités essentielles. Celles-ci peuvent être différentes en fonction des ménages, par exemple de personnes âgées, avec des enfants ou en fonction du genre. Le travail consistera en nouvelles analyses statistiques des bases de données existantes, ainsi qu’en entretiens approfondis et en observation ethnographique en immersion avec certains ménages en pauvreté énergétique et des services sociaux traitant de cette question.

Impact potentiel de la recherche sur le plan scientifique, sociétal et/ou en appui à la décision

Le travail empirique et conceptuel permettra d’identifier un certain nombre d’options et d’opportunités d’intervention pour diminuer l’apparition et les impacts de la pauvreté énergétique, et de justifier chacune de ces options. Ces options seront délibérées avec des ménages en situation de précarité énergétique ainsi que d’autres parties prenantes importantes, en ce compris des décideurs, des régulateurs, des ONG et des travailleurs sociaux, en utilisant la Méthode d’Analyse en Groupe (MAG). Le projet sera alors en mesure d’émettre des recommandations solides d’actions spécifiques qui seront sensibles aux besoins des ménages, informées empiriquement et conceptuellement, et légitimées par différents types d’acteurs.
En outre et avant la fin du projet, des formations en français et en néerlandais seront également organisées à l’intention des travailleurs sociaux devant faire face à des problèmes liés à la précarité énergétique, dans des services communaux ou dans des organisations non-gouvernementales, pour les faire bénéficier des résultats de ce projet de recherche.
Les résultats de la recherche seront diffusés aussi dans des conférences nationales et internationales ainsi que par des articles dans des revues scientifiques (avec revue par les pairs).
Globalement, le projet apportera une contribution significative et concrète au bien-être de la société belge à travers la réalisation d’une recherche de qualité, qui sera alimentée au niveau international. Ce faisant, cette recherche permettra une compréhension plus large de la pauvreté énergétique en Europe et sur la scène internationale, grâce au développement d’idées qui auront émergé du contexte spécifique de la Belgique.


A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique