Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

WINGS AND LINKS : Recherche interdisciplinaire sur les retables composés de parties sculptées et de volets peints

Projet de recherche BR/154/PI/WINGS AND LINKS (Action de recherche BR)


Personnes :

  • Mevr.  HENDERIKS Valentine - Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2015-15/3/2018
  • Mme  VAN EYCK Elisabeth - Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2015-15/3/2018
  • Dr.  FRANSEN Bart - Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2015-15/3/2018
  • Mme  MERCIER Emmanuelle - Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2015-15/3/2018
  • Mevr.  CURRIE Christina - Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2015-15/3/2018
  • Mevr.  DEBULPAEP Marjolijn - Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2015-15/3/2018
  • M.  KAIRIS Pierre-Yves - Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA)
    Partenaire financé belge
    Durée: 15/12/2015-15/3/2018

Description :

DESCRIPTION DU PROJET

Le projet pionnier Wings & Links mené au Centre d’étude des Primitifs flamands de l’Institut royal du Patrimoine artistique envisage l’étude complémentaire des retables tardifs composés. Dans cette perspective très large, la recherche se concentre sur des ensembles présentant des sculptures attribuées erronément à Robert Moreau, sculpteur parisien actif à Anvers entre 1532 et 1540, et des peintures données à l’entourage de Pieter Coeck van Aelst. L’objectif est en effet de développer des problématiques spécifiques à la ville d’Anvers, dont le système du travail entre les différents métiers diverge des autres centres de production. Parmi les œuvres envisagées, une étude approfondie est menée sur le groupe comprenant les retables d’Oplinter et d’Herbais-sous-Piétrain (Bruxelles, MRAH, inv. 3196 et 4009), d’Opitter (église Saint-Trond), de Baume-les-Messieurs (église Saint-Pierre), d’Enghien (église Saint-Nicolas), de Pont-à-Mousson (église Saint-Laurent), de Wattignies (église Saint-Lambert), de Philadelphie (Philadelphia Museum of Art, inv. 1945-25-117,a-s) et de Roubaix (église Saint-Martin), et dans une moindre mesure ceux de Schoonbroek (église Saint-Job), de Turin (Museo civico d’Arte antica, Palazzo Madama, inv. 1776/L), d’Oxburgh Hall (château), de Ringsaker (église paroissiale) et de Telde (église Saint Jean-Baptiste).

L’objectif de l’étude est de reconsidérer les retables dans leur complémentarité, à savoir comme des ensembles ou Gesamtkunstwerke. Cette approche permet de mieux comprendre la genèse de ces œuvres, d’affiner leur attribution et de mieux les intégrer dans leur contexte de création artistique. Cette recherche sur les retables composés anversois tardifs croise les aspects matériels et techniques, iconographiques et stylistiques.

Différentes problématiques ont vu le jour : l’organisation de l’atelier, la répartition du travail dans ce dernier et la collaboration entre le menuisier, le sculpteur et le peintre et/ou polychromeur, la notion de production d’œuvre standardisée ou stéréotypée, les comparaisons stylistiques entre les parties peintes et sculptées et la notion d’ « artiste-entrepreneur »,… Bien que le groupe de retables envisagé présente une typologie de caisse, des compositions et une iconographie très semblables, il apparait que le style des peintures et des sculptures relève de maitres ou d’ateliers différents mais proches et permet de repenser le phénomène de standardisation et l’idée d’ateliers dans lesquels circulent les mêmes modèles.

L’approche envisagée pour ce projet est principalement axée sur l’histoire de l’art, elle est complétée par la documentation issue de l’imagerie scientifique (macrophotographie, réflectographie dans l’infrarouge, radiographie,…). Les différents départements de l’IRPA sont, pour ce faire, intégrés dans le projet : atelier de sculpture polychromée (E. Mercier), de peinture (L. Depuydt), de conservation préventive (M. Debulpaep) et d’imagerie scientifique (C. Currie). La documentation issue des dossiers d’étude et de restauration de l’IRPA constitue la base de la recherche, enrichie par la nouvelle documentation réalisée lors des missions in situ.

Les résultats de cette recherche seront présentés sous forme de publication d'un livre, d’un article ou d’une présentation à un colloque. Les modalités de valorisation de l’étude seront définies en fonction des conclusions issues de celle-ci. En outre, l’inventaire des retables issu du projet seront communiqués en ligne sur le site de l’IRPA. En effet, l’Institut valorise la recherche en proposant toute une série de base de données en ligne (http://balat.kikirpa.be/tools.php?lang=fr-FR)


A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique