Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

La cocaine et ses metabolites dans les eaux belges résiduelles et de surface

Projet de recherche DR/32 (Action de recherche DR)


Personnes :


Description :

La cocaïne est une drogue addictive dont les effets physiologiques sont la stimulation du système nerveux central, la toxicité cardiaque et pulmonaire, mais aussi les déséquilibres de la sécrétion sérotoninergique. Son usage ‘récréationnel’ a largement augmenté depuis 25 ans, parallèlement à une disponibilité accrue sur la ‘marché’ des produits toxicomanogènes. Les données chiffrées en matière de consommation sont habituellement tirées des enquêtes épidémiologiques de population, des statistiques policières et des registres médicaux. Il est évident que ces diverses approches sont tronquées et ne permettent pas une évaluation correcte des chiffres de la consommation. Une approche complémentaire pourrait être l’analyse dans les eaux résiduelles des produits de métabolisation de la cocaïne, et surtout du métabolite majeur, la benzoylecgonine. C’est ce que propose le projet COWAT, qui va s’attacher à la recherche et au dosage de la cocaïne et de ses métabolites [benzoylecgonine (BE) et ecgonineméthylester (EME)] dans des échantillons représentatifs des eaux résiduelles et de surface répartis dans toute la Belgique.

Plusieurs sites de prélèvements, en aval et en amont des agglomérations belges importantes, seront choisis. La localisation exacte des lieux de prélèvements sera convenue en étroite collaboration avec le Vlaamse Milieu Maatschappij (VMM) pour la Flandre, la Direction Générale des Ressources Naturelles et de l’Environnement (DGRNE) pour la Wallonie et la Brusselse Intercommunale voor Watervoorziening (BIW) pour Bruxelles. L’échantillonnage du RWZI (rioolwater-zuiveringsinstallaties) sera réalisé en collaboration avec Aquafin pour la Flandre, les Intercommunales wallonnes et la BIW pour Bruxelles.

Deux stratégies de prélèvements seront appliquées: prélèvement ponctuel (vendredis et lundis) et prélèvement passif (placement d’un dispositif permettant l’accumulation pendant 1 à 4 semaines). Deux campagnes de prélèvements espacées de 4 à 5 mois seront également organisées. Sur le plan analytique, le projet va démarrer par l’adaptation de la technique de préparation des échantillons et de la procédure d’analyse aux procédures d’échantillonnage, puis une comparaison inter-laboratoire de la technique utilisée, la chromatographie liquide avec spectromètre de masse en tandem (LC-MS-MS). Les concentrations de cocaïne et/ou de ses métabolites dans le milieu, ainsi que des données pharmacocinétiques de métabolisation et de devenir dans le milieu environnemental, seront utilisées pour évaluer l’usage de cette drogue. L’estimation de l’usage local sera effectuée en intégrant toutes les informations disponibles au niveau local: statistiques annuelles du VAD, de l’Institut Scientifique de la Santé Publique et du Département de la Justice. Les diverses estimations relatives à l’usage de la cocaïne faites par ces Institutions seront confrontées aux résultats obtenus par l’analyse des échantillons d’eau. Les prélèvements étant effectués avant et après le week-end, les résultats devraient permettre d’apprécier la variation de la consommation au cours de la semaine alors que l’échantillonnage passif fournira plutôt des informations sur la consommation moyenne sur une période de temps déterminée. En conclusion, une stratégie de surveillance sera définie, et un protocole sera rédigé afin de permettre des études de routine.

Le projet présenté peut se révéler très intéressant pour la lutte fédérale contre les drogues et fournira des informations sur la répartition géographique de la cocaïne et de ses métabolites en Belgique; la corrélation de cette répartition géographique avec les données officielles; l’estimation du nombre de consommateurs de cocaïne dans les grandes agglomérations belges, les régions et l’entièreté du pays. Actuellement en effet, cette donnée n’est pas disponible; l‘origine de la cocaïne dans l’eau: le rapport entre la cocaïne et la BE permettra d’établir une estimation de l’origine de la cocaïne retrouvée dans les prélèvements; les variations saisonnières (mensuelles) de l’usage de la cocaïne grâce aux deux campagnes d’échantillonnages, et le comportement de la cocaïne en fonction de la température du milieu; l’usage de cocaïne le week-end; l’établissement d’une stratégie de surveillance de la cocaïne dans le milieu aquatique; l’évaluation de l’efficacité des stations d’épuration pour l’élimination de la cocaïne et de ses métabolites.

Les résultats du projet COWAT seront présentés publiquement afin d’informer toutes les instances concernées de l’apport éventuel de cette approche dans la problématique de l’usage de stupéfiants, et plus particulièrement de la cocaïne.


Documentation :

Cocaïne en metabolieten in Belgische afval- en oppervlaktewateren (COWAT) = Cocaïne et ses métabolites dans les eaux de surface et les eaux de stations d'épuration en Belgique (COWAT°  van Nuijs, Alexander - Pecceu, Bert - Theunis, Laetitia ... et al  Brussel : Federaal Wetenschapsbeleid, 2008 (SP1898)
[Pour télécharger

Cocaïne en metabolieten in Belgische afval- en oppervlaktewateren : samenvatting    Brussel : Federaal Wetenschapsbeleid, 2008 (SP1917)
[Pour télécharger

Cocaïne et ses métabolites dans les eaux de surface et les eaux de stations
d’épuration en Belgique : résumé
    Bruxelles : Politique scientifique fédérale, 2008 (SP1918)
[Pour télécharger

Cocaine and its metabolites in surface and waste water in Belgium : summary    Brussels : Belgian Science Policy, 2008 (SP1919)
[Pour télécharger

A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique