Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

Participation et représentation. Analyse comparée des mécanismes de liens entre les citoyens et les systèmes politiques dans les démocraties contemporaines

Projet de recherche P7/46 (Action de recherche P7)


Personnes :


Description :

L’exercice du gouvernement démocratique suppose des acteurs et des mécanismes qui assurent les liens et les relations entre les citoyens et l’Etat. Les citoyens doivent avoir la possibilité d’exprimer leurs demandes et les politiques publiques doivent être en phase avec ces demandes. Les débats sur le fonctionnement de la démocratie dans l’Europe contemporaine portent précisément sur les voies qui permettent au lien de produire l’articulation désirée entre les préférences des citoyens et les politiques menées.
Les formes conventionnelles de participation de même que le cadre partisan classique qui donnent un sens à cet échange apparaissent aujourd’hui sous pression. L’environnement institutionnel de même que les valeurs et les normes de la société dans lesquels les acteurs politique doivent faire leurs choix ont muté. Le dialogue démocratique est devenu plus complexe et plus fragmenté.
Les transformations des modèles de participation et de représentations ont déjà été l’objet d’analyses et de recherches du réseau PARTIREP ces cinq dernières années (2007-2011). Le réseau a lancé et réalisé plusieurs recherches sur les différentes formes de participation politique, sur la confiance politique, sur l’expression et les formes de protestation politique, sur les partis, de même que sur la délibération et la représentation politiques.

Notre point de départ partait de l’hypothèse que les modèles de participation et de représentation devaient être scrutés, analysés et expliqués à l’aune de l’observation d’un déclin et d’une pression croissante sur le fonctionnement adéquat et légitime de la démocratie. Néanmoins, nos travaux et nos recherches nous on rendus conscients que cette analyse sous l’angle du déclin est, à tout le moins, incomplète et vraisemblablement partiellement biaisée. Dans nos recherches et nos enquêtes, nous avons mis en évidence la grande variété de stratégies mises en œuvre par les citoyens et les responsables politiques pour s’adapter à un contexte mouvant et dans lequel ils peuvent être des acteurs de la participation et de la représentation.

Dans une nouvelle phase, nous voudrions explorer et approfondir ces pistes de recherche. Pour ce faire, notre ambition est de nous focaliser sur trois grands thèmes de recherche, trois grand work packages : la représentation substantielle, la personnalisation et l’innovation démocratique.

La représentation politique est au cœur de la politique démocratique. C’est le mécanisme clé à travers lequel les préférences des citoyens sont introduites dans le processus décisionnel et à travers lequel les politiques publiques peuvent être en phase avec ces préférences. Dans quelle mesure ce modèle tient-il toujours, et dans quelle mesure et ampleur est-il progressivement remplacé par d’autres canaux et d’autres cadres de communication et de représentation : tel sera l’objet central de nos préoccupations. Dans ce premier axe, quatre projets de recherche seront menés :

- La couverture médiatique et l’importance de l’agenda et des questions traités
- pouvoir de mise à l’agenda de la protestation
- La congruence et la réactivité politique dans les relations masses-élites
- la représentation substantielle des groupes sociaux : être et se sentir représenté.

L’un des cadres qui est fréquemment épinglé comme offrant une alternative possible au lien idéologique et partisan est la personnalisation. L’idée sous-jacente est que les hommes et les femmes politiques deviennent, à titre individuel, plus importants dans la politique ; cela au détriment des acteurs collectifs, les groupes sociaux et politiques. Sous cet angle, l’état de notre connaissance est, à n’en pas douter, actuellement insuffisant. Dans ce volet de recherche, nous viserons à avoir une nettement meilleure connaissance de l’ampleur et des types de personnalisation à l’œuvre dans la politique démocratique:

- La personnalisation des systèmes électoraux
- L’impact et les formes de campagnes personnelles
- La dynamique entre personnalisation et représentation des revendications
- Le processus de sélection des candidats dans les partis politiques

Durant la dernière décennie, des réformes visant à une innovation démocratique ont été introduites dans plusieurs systèmes politiques. Des procédures de consultation ouverte ont été tentées, des assemblées délibératives ont été invitées à débatte de décisions importantes, plus de consultations ayant pur but d’élever l’implication du citoyen dans le processus décisionnel ont été initiées. Les partis politiques essaient aussi de se réorganiser dans une optique à même de restaurer ou de renforcer leurs liens avec leurs adhérents, leurs militants et les citoyens. Mais une question déterminante se pose : ces innovations démocratiques ont-elle effectivement un impact sur la participation, sur la confiance et sur la légitimité et, pour revenir à la question de la congruence dans les politiques menées, sur le degré d’articulation entre demandes sociales et politiques menées ? Dans cet axe, quatre projets de recherche seront menés:

- l’organisation des primaires dans les partis politiques
- le rôle des militants dans les campagnes électorales
- L’innovation démocratique et la confiance politique
- Le caractère effectif des nouveaux répertoires émergents de participation politique

Fonctionnement du réseau

En limitant le nombre de work packages, notre volonté est de travailler dans une perspective très intégrée. Tous les deux mois, une réunion rassemblera tous les chercheurs du réseau en se focalisant chaque fois sur un work package. Le but est de permettre un feedback et une communication intensifs sur les choix théoriques et méthodologiques. L’ambition est aussi de contribuer à une formation forte des doctorants.
En nous appuyant sur les bonnes pratiques du fonctionnement du réseau durant sa première phase (2007-2011), nous travaillerons dans une perspective cohérente et homogène pour la collecte des données en manière telle que les données puissent être exploitées dans le cadre des différents projets de recherche.

Comme dans la première phase de notre réseau, une grande enquête électorale sera effectuée lors des élections régionales et européennes de 2014. En parallèle, plusieurs autres collectes de données sont programmées impliquant l’ensemble des partenaires du réseau ; en particulier des expérimentations de campagne lors des élections communales d’octobre 2012, une enquête sur les candidats en 2014 et une Voting Advice Application en 2014.

Pour les différents projets de recherche programmés, nous tenterons d’utiliser à dessein une grande variété de méthodes de recherche : designs expérimentaux, observation participante, focus groups et interviews des élites,… Toutefois, utiliser une grande variété de méthodes nécessite une excellente information et connaissance techniques et une bonne compréhension des conséquences de leur utilisation. C’est la raison pour laquelle, un Methodology Assistance and Support Team (MAST) sera créé dans le réseau. Il aura pour tâche d’assurer les formations méthodologiques, d’alimenter les réflexions théoriques et méthodologiques et d’assurer des conseils pratiques.


A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique