Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

Multiple community policing: comment? (MCP)

Projet de recherche TA/00/03 (Action de recherche TA)


Personnes :


Description :

SITUATION DU PROBLEME

Plusieurs analyses situationnelles, réalisées notamment par l'Institut National de Statistique & l'Administratie Planning en Statistiek de la Communauté flamande (NIS-APS, 2005), montrent que la Belgique a évolué dans le sens d'une société multiculturelle et que la population allochtone se concentre principalement dans les grandes villes (villes moyennes) dans lesquelles il y a des concentrations dans certains quartiers. Cela constitue une importante variable contextuelle pour la fonction de police dans (les quartiers de) ces villes. De nombreux exemples de rencontres conflictuelles entre la police et les allochtones et des enquêtes – beaucoup moins nombreuses – font toutefois apparaître des rapports tendus. Dans ce contexte, on constate une tendance à la policing coercitive dans la pratique policière (cf. introduction de la tolérance zéro dans plusieurs villes). Cela ne constitue toutefois que des solutions à court terme sans toucher aux causes fondamentales, plus structurelles. Une approche positive nécessite au contraire une intervention plus proactive et préventive et une collaboration avec différents services et organisations sur le plan social et administratif, ainsi qu'avec la communauté allochtone même (Feys, 2002). Une telle approche est parfaitement conforme à la community policing, une philosophie que l'on envisage également dans notre pays depuis deux décennies et qui est stimulée par les autorités (cf. notamment circulaire CP 1 du 27 mai 2003). La community policing est toutefois basée sur l'idée– mythique – d'une société homogène avec des valeurs, normes et style de vie partagés, ce qui complique singulièrement l'implémentation de cette philosophie dans la société réelle, qui est en effet hétérogène (Van den Broeck & Eliaerts, 1995; Van de Sompel & Ponsaers, 2003; Van Outrive, 1998). Cette lacune dans la conception de la community policing se fait fortement sentir dans la pratique lors de tentatives visant à l'implémenter dans un cadre multiculturel. Malgré des recommandations – telles que celles formulées par le Comité P, par exemple –les interactions entre fonctionnaires de police et allochtones restent souvent difficiles. On n'arrive pas souvent à mettre en œuvre la politique conçue de manière 'abstraite'.

OBJECTIF

Pour apporter un soutien à la transposition de la community policing dans la pratique dans un cadre multiculturel, il est nécessaire d'avoir une vision de cette pratique, de la manière dont les interactions concrètes entre la police et les allochtones se déroulent et des éléments qui influencent ces interactions, où les perceptions, l'attribution de significations et les attentes des deux parties jouent un rôle de premier plan. Cette forme d'enquête policière est très proche de ce que l'on désigne souvent comme sociologie policière, ce qui donne une représentation de la manière dont le travail policier prend concrètement forme dans le processus social entre agents et citoyens et entre les agents entre eux (van der Torre, 1999). La présente étude vise à se faire une idée de cette matière et ce en fonction des objectifs concrets suivants:
1. Examiner comment la community policing prend ou non forme dans l'interaction avec les allochtones dans le cadre du traitement des tâches quotidiennes et des incidents [réalité].
2. Examiner comment les perçoivent/vivent l'interaction avec la police dans le cadre de leur traitement des tâches quotidiennes et des incidents et quelles sont leurs attentes en la matière, et examiner dans quelle mesure ces attentes correspondent à la community policing [perception des allochtones].
3. Examiner dans quelle mesure les fonctionnaires de police qui travaillent sur le terrain estiment la community policing applicable dans l'interaction avec les allochtones dans le cadre du traitement des tâches quotidiennes et des incidents, quels problèmes et difficultés ils y voient et quelles sont leurs attentes [perception de la police].

METHODOLOGIE

I. Une étude de la littérature est indispensable pour procéder à une reconnaissance de la matière et pour la situer dans un cadre. Cette étude de littérature se concentre en premier lieu sur les visions qui ont déjà été acquises sur les relations entre la police et les allochtones dans notre pays ainsi que dans d'autres pays. Par ailleurs, l'étude de la littérature consacre de l'attention à la community policing dans des cadres multiculturels et en particulier dans des interactions concrètes avec des allochtones.
II. La méthodologie centrale consiste en une étude descriptive effectuée dans cinq zones de police: deux en Flandre, deux en Wallonie et une dans la Région de Bruxelles-Capitale.
1. La première étape de l'étude descriptive dans une zone consiste en l'étude des rapports entre le corps de police locale et la population allochtone. Cela se fait principalement sur la base d'interviews. Une grande attention est d'une part accordée à la reconnaissance des communautés allochtones dominantes dans la zone. Ces communautés et en particulier leur milieu de terrain sont cartographiées et des personnes de contact sont recherchées au sein de ces communautés. Des interviews semi-structurelles de ces personnes de contact sont réalisées en vue de connaître leur vision et leurs expériences globales à l'égard de la police. Les quartiers allochtones font aussi plus largement l'objet d'une reconnaissance physique au cours de laquelle des contacts spontanés sont établis. Le développement d'une stratégie adéquate d'entrée en matière sur le terrain revêt en effet une importance capitale. Par ailleurs, des interviews semi-structurées sont réalisées avec des fonctionnaires de police (chef de corps, agents d'intervention et agents de quartier) en vue de connaître leur point de vue, leurs expériences globales et les initiatives en ce qui concerne les relations entre la police et la allochtones.
2. En deuxième et principal lieu, des observations sont effectuées. Compte tenu de la focalisation sur les interactions avec les allochtones dans le cadre de l'exécution de tâches de routine et le traitement des incidents en découlant éventuellement, on a d'une part suivi des équipes d'intervention et d'autre part des agents de quartier. Ces observations ont généré des cas qui sont étudiés de plus près. Dans ce cadre, on observe d'une part dans une 'outer perspective', ce qui indique une prise de connaissance et un traitement des faits objectifs (Bruyn, 1966). L'observation dans cette perspective est liée au premier objectif, à savoir examiner comment la community policing prend forme ou non dans les interactions. D'autre part, une 'inner perspective' revêt également une importance capitale, ce qui implique la recherche de la signification subjective (Bruyn, 1966). Cette acquisition d'un point de vue sur les perceptions réciproques donnant forme à l'interaction, sur la manière dont l'interaction est perçue par les intéressés et sur leurs attentes concernant une telle interaction sert le deuxième et le troisième objectif qui concernent en effet la perception respective des allochtones et de la police. Ces éléments ne peuvent toutefois pas être obtenus via une simple observation mais nécessitent des interviews avec les deux parties participant à l'interaction. Les cas individuels sont donc rapportés d'une part au(x) fonctionnaire(s) de police concerné(s) et d'autre part à(aux) l'allochtone(s) concerné(s) ou – si ce n'est pas possible – à (un) d'autre(s) représentant(s) de la communauté allochtone à laquelle celui-ci (ceux-ci) appartien(nen)t. Afin de rendre la complexité de tout cela compréhensible et en particulier de pouvoir mettre en évidence la réalité dans ses différents aspects, il peut être fait usage du dit modèle flashpoint de Waddington (1989) qui utilise six dimensions pouvant influencer les interactions, à savoir la dimension interactionnelle immédiate, la dimension situationnelle, la dimension contextuelle, la dimension culturelle, la dimension socio-politique et la dimension structurelle.
3. Les constatations plus larges de l'enquête sur le terrain dans une zone sont commentées en groupes thématiques avec des membres du corps et des représentants des communautés allochtones (qui ont déjà été interviewés à titre de reconnaissance). Dans ce cadre, on sonde une nouvelle fois leur vision et leur interprétation.
III. Les constatations faites dans les différentes zones sont intégrées dans un rapport final qui propose des ancrages pour soutenir l'application de la community policing et constitue donc une plus-value pour les décideurs – et autres instances – qui souhaitent apporter un appui à la police dans son développement dans le sens de cette philosophie (via par ex. la formation ou des recommandations).


BRUYN, S.T. (1966). The human perspective in sociology: the methodology of participant observation. Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

FEYS, J. (2002). Politie, een afspiegeling van de samenleving? De relatie tussen politie en etnische minderheden. In: G. Duhaut, P. Ponsaers, G. Pyl & R. Van de Sompel (red.), Pour suite d'enquête... Essais sur la police et son rôle dans notre société. Bruxelles: Politeia, 771-794.

Circulaire ministérielle CP 1 du 27 mai 2003 concernant la définition de l'interprétation belge du Community Policing applicable au service de police intégré, structuré à deux niveaux. M.B., 9 juillet 2003.

VAN DEN BROECK, T. & ELIAERTS, C. (1995). Community policing: een basis voor de politiezorg in ons land? Politeia, 9, 5-13.

VAN DE SOMPEL, R. & PONSAERS, P. (2003). Les sources du community (oriented) policing et son application en Belgique. Copie électronique du 23 mai 2005: http://www.info-zone.be.

VAN DER TORRE, E.J. (1999). Politiewerk: politiestijlen, community policing, professionalisme. Alphen aan den Rijn: Samson.

VAN OUTRIVE, L. (1998). De ware aard van de inbreng van de burger en van de lokale politie. De Orde van de Dag, 3, 34-41.

WADDINGTON, D., JONES, K. & CRITCHER, C. (1989). Flashpoints. Studies in public disorder. London: Routledge.

NIS-APS (2005). Vlaanderen in cijfers 2005. Electronische kopie: http://aps.vlaanderen.be/statistiek/publicaties/pdf/vic/
vic2005.pdf.


Documentation :

Multiple Community Policing : Hoezo?  Easton, M. - Ponsaers, P. - Demarée, C. ... et al  Gent : Academia Press, 2009 (PB6247)
[Pour télécharger

Mulltiple community policing : comment? : synthèse    Bruxelles : Politique scientifique fédérale, 2011 (SP2416)
[Pour télécharger

Mulltiple community policing : hoezo? : synthese    Brussel : Federaal Wetenschapsbeleid, 2011 (SP2417)
[Pour télécharger

A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique