Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Banque de données projets FEDRA

Presentation

Actions de recherche

Personnes

Chercher

Recherche et applications > Banque de données projets > Banque de données projets FEDRA

L’accès au financement pour les PME: Les jeunes sociétés de croissance et les rachats d’entreprises (SMEPEFI)

Projet de recherche TA/00/41 (Action de recherche TA)


Personnes :

  • Dr.  MANIGART Sophie - The Vlerick Leuven Gent Management School (VLERICK)
    Coordinateur du projet
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/2/2011-20/4/2014
  • Prof. dr.  CLARYSSE Bart - Universiteit Gent (UGent)
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/2/2011-20/4/2014
  • Dr.  HUBNER Georges - Université de Liège (ULG)
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/2/2011-20/4/2014
  • Dr.  MEULEMAN Miguel - The Vlerick Leuven Gent Management School (VLERICK)
    Partenaire financé belge
    Durée: 1/2/2011-20/4/2014
  • Dr.  WRIGHT Mike - University of Nottingham (UNI-NOTT)
    Partenaire non financé étranger
    Durée: 1/2/2011-20/4/2014

Description :

MOTIVATION DU PROJET

Le “Small Business Act for Europe”, adopté en 2008, reflète la volonté politique de reconnaître le rôle central des PME dynamiques en Europe. L’un de ses objectifs principaux est de promouvoir la croissance des PME en leur permettant de saisir les opportunités ouvertes par la globalisation et par l’accélération des changements technologiques. L’UE reconnaît que “SMEs still face market failures undermining the conditions in which they operate and compete with other players in areas like finance (especially venture capital), research, innovation and the environment” (Small Business Act for Europe, 2008, p. 3). Par exemple, avant la crise financière, environ 21% des PME indiquaient qu’elles éprouvaient des problèmes d’accès aux formes de financement les plus adéquates (Observatoire 2007 des PME de l’UE) ; il s’agit de la seconde dans l’ordre de leurs préoccupations. Dès lors, rendre plus aisé l’accès des PME au financement (et en particulier le capital-risque et le financement mezzanine) a été défini comme un domaine d’intérêt clef, aussi bien pour les sociétés en démarrage et en croissance que pour la transmission d’entreprises. Cette dernière catégorie est importante, car on estime que 6 millions de propriétaires d’entreprises prendront leur retraite au cours des dix prochaines années en Europe. Le succès dans la transmission de ces sociétés pourrait préserver plus d’emplois que les start-ups n’en créeront (Small Business Act for Europe, 2008). Bien que certains progrès aient été enregistrés dans l’amélioration de l’accès au financement pour les PME européennes, il subsiste encore d’importantes déficiences de marché (Rapport sur l’application du SBA, 2009).

En dépit de l’intérêt croissant des mondes politique et académique pour le financement des PME, l’état actuel de la recherche ne permet pas de tirer des conclusions non-équivoques à propos des mesures de politique à prendre afin d’améliorer l’accès au financement des PME. En élaborant leur propre politique, le gouvernement Belge et les partenaires sociaux ont accès à un large éventail de données internationales, nationales et régionales, mais ces données sont souvent, isolées, focalisées sur l’un ou l’autre type de financement, et par conséquent manquent d’une perspective intégrée ou ne parviennent par à prendre en compte les caractéristiques spécifiques du contexte institutionnel belge. En outre, la relation entre les divers sources et types de financement et le développement des PME n’est pas bien comprise.

OBJECTIFS

Le principal but de cette étude est de fournir un input utile aux décideurs politiques en Belgique afin d’améliorer l’accès au mode de financement optimal pour les PME. Le cœur du projet se focalise sur deux processus centraux : le financement de jeunes entreprises de croissance innovante, et le financement des transmissions d’entreprises. Plus spécifiquement, les objectifs sont de deux ordres. Nous cherchons à améliorer nos connaissances sur (1) comment les entreprises se financent lors de leur phase de croissance initial et lors de leur transmission, et (2) comment ces stratégies de financement influencent leur développement ultérieur.
Bien que la plupart des recherches sur le financement des PME se limitent largement à l’un ou l’autre type de financement spécifique tel que l’emprunt bancaire ou le venture capital, de nombreuses PME utilisent une palette d’alternatives de financement. De plus, certains types de levée de fonds peuvent améliorer ou empêcher l’accès à d’autres types de fonds. Notre premier objectif est donc de comprendre comment les entreprises belges financent leur développement ou leur transmission, en incluant un large spectre d’options de financement, et de comparer ces méthodes au financement d’entreprises similaires dans plusieurs pays européens. Nous examinerons non seulement la disponibilité des sources de financement, mais également leur coût. En deuxième lieu, il y a eu très peu de recherches rigoureuses sur l’impact de l’accès au financement d’une PME sur son développement. Le fait de lever des capitaux est souvent considéré comme un objectif en soi, plutôt que comme une ressource critique qui influence le cours des activités d’une PME. Autant pour les décideurs politiques que pour les entrepreneurs et les scientifiques, comprendre quelles stratégies de financement produisent les résultats optimaux, en fonction des différences institutionnelles et entre firmes, est important. Notre second objectif est dès lors d’appréhender comme les stratégies de financement influencent le développement de l’entreprise, incluant notamment la croissance du nombre d’employés, des actifs ou de la valeur ajoutée. En outre, plusieurs investisseurs tels que les venture capitalists ont un objectif explicite de sortie, c'est-à-dire qu’ils visent à réaliser leur investissement à moyen terme. Nous mènerons dès lors des recherches sur la manière dont le type d’investisseur influence le développement de l’entreprise, en incluant la stratégie d’exit.
Afin de fournir ces éléments d’analyse, nous nous appuyons sur de multiples disciplines scientifiques (incluant la finance, l’entrepreneuriat et l’innovation), ce qui se reflète également dans le profil multidisciplinaire de l’équipe de recherche. Comme il s’agit d’un projet de recherche orienté vers la proposition de politiques, nous estimons qu’une contribution importante réside dans une intégration plus forte des facteurs influençant les choix et impact du financement étudiés dans différentes traditions de recherche, plutôt qu’en limitant notre focus sur une seule discipline et en l’explorant en profondeur. Les décideurs politiques peuvent s’enrichir d’une étude rigoureuse et scientifiquement validée des facteurs étudiés dans des disciplines différentes. Cette intégration conceptuelle se traduit dans un design de recherche qui utilise deux bases de données longitudinales internationales.

METHODOLOGIE

Notre recherche consiste en deux phases.

Phase A: Jeunes entreprises innovantes

Nous utiliserons la base de données VICO, récemment développée, qui a été construite grâce aux efforts conjoints de 9 universités européennes avec le soutien du 7ème Programme Cadre Européen (Grant agreement no.: 217485). La base de données longitudinale consiste en 8.391 entreprises jeunes et innovantes dans 7 pays européens (Belgique, Finlande, France, Allemagne, Italie, Espagne et le Royaume-Uni), dont 761 sont (ou ont été) financées par VC. Toutes les sociétés incluses dans l’échantillon furent créées après 1984, étaient indépendantes lors de leur fondation, et sont actives dans un secteur de haute technologie. Le panel unifié contient des données sur les firmes entrepreneuriales pendant une moyenne de huit ans et sur les investisseurs de la firme. Le caractère longitudinal et multi-étages des données sont d’importants atouts de VICO. Malgré le fait que VICO contient une large base de données contextuelle, toutes les variables pertinentes ne sont pas disponibles. Par conséquent, nous enrichirons les données avec de nouvelles variables collectées par l’équipe de recherche à travers les bases de données telles que celle de l’EVCA, Zephyr VentureXpert et/ou Factiva.

Phase B: Transmission d’entreprises

La Vlerick Leuven Gent Management School et la Nottingham University (Center for Management Buy-Out Research – CMBOR) ont développé une base de données contenant des informations sur les buyouts, c’est-à-dire la transmission d’entreprises (ou de business units), souvent à l’équipe dirigeante existante, avec l’aide financière d’investisseurs en capital externes. Cette base de données longitudinale combine l’information propriétaire sur les buyouts en provenance du Center for Management BuyOut Research, des informations sur les prêts émanant de Reuters' LPC Deal Scan, les caractéristiques des banques venant de Bankscope, les caractéristiques du private equity de l’EVCA et de Preqin, et en moyenne cinq années d’informations comptables post-buyout provenant d’Amadeus. La base comprend 2486 opérations sur 43 pays à travers le monde, y compris la Belgique.

Méthodes d’analyse

Tout d’abord, les données des deux bases de données seront décrites en détail, avec une attention spécifique sur la comparaison des sociétés Belges avec celles d’autres pays. Ensuite, les données seront analysées avec les techniques de statistique multivariée appropriées et adaptées à chaque question de recherche particulière étudiée. Plus spécifiquement, nous avons l’intention d’utiliser (i) des analyses de régression multinomiale afin de modéliser les stratégies de financement ; (ii) des approches de Generalized Estimating Equation (GEE) afin de modéliser la croissance et le développement des entreprises ; et (iii) l’analyse de survie afin de modéliser la probabilité et le type de sortie des investisseurs. Les résultats feront l’objet d’une discussion avec des experts de l’industrie et des décideurs politiques du secteur public.
À la lumière de la nature de la recherche orientée vers des propositions de politiques, ce projet emprunte une perspective large sur le thème des contraintes de financement des PME. Sa contribution repose sur l’intégration de différents types de financement et sur l’impact du type de levée de fonds et d’investisseurs sur le développement des PME.


Documentation :

Event "Wie zoekt die vindt. Op zoek naar investeerders voor start-ups en buy-outs in het nieuwe financieringsklimaat":

Access to finance of SMEs: young growth oriented companies and company transfers : final report (SMEPEFI)  Manigart, Sophie - Clarysse, Bart - Hübner, Georges ... et al  Brussels : Belgian Scientific Policy, 2015 (SP2625)
[Pour télécharger

A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique