Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Calendrier

Conférences et colloques

>


Conférences, colloques et activités éducatives
des musées et établissements scientifiques

> 2017 | Planétarium

Activités au Planétarium - Film 360°: L'aveugle aux yeux d'étoiles
Nouveau film: Les colères du Soleil


Expositions
des musées et établissements scientifiques

2017 | Musée royal de l’Afrique centrale - Musée Pop-up

Pendant la fermeture pour rénovation, nous devenons un musée Pop-up: retrouvez-nous en divers endroits avec des expositions et activités pour tous

> jusqu'au 15-01-2018 | Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Digital Experience
Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, ce sont six Musées qui conservent, étudient et protègent un patrimoine de plus de 20 000 œuvres. La collection de chefs-d'œuvre du XVème au XXIème siècle, des Primitifs flamands à l'art contemporain, raconte notre histoire à travers la peinture, la sculpture, le dessin, mais aussi la photographie et la vidéo.
Les technologies numériques apportent de profonds changements dans la muséologie de l’art, un domaine dans lequel les MRBAB souhaitent développer une activité pionnière. Après plusieurs projets réussis - comme Bruegel Unseen Masterpieces en collaboration avec Google Arts & Culture -, ils poursuivent avec l’installation d’une « Digital Experience », cette fois, au cœur des Musées, dans le Forum. Quatre écrans tactiles présentent la collection par le biais de photographies de haute qualité accompagnées des commentaires des équipes scientifiques des Musées. Cette Digital Experience est destinée à s’enrichir de nouvelles œuvres, de vidéos et de documents d’archives.

> jusqu'au 18-02-2018 | Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Magritte, Broodthaers & l’art contemporain
50 ans après sa disparition, René Magritte continue à fasciner. Il interroge notre regard et notre esprit et nous pousse, sans cesse, à remettre en question nos certitudes. Son œuvre, empreinte de mystère et de questionnement, a marqué le monde artistique bien au-delà de son époque, depuis le pop art et l'art conceptuel jusqu’aux expressions artistiques les plus contemporaines. L’exposition met en évidence cet héritage à travers un dialogue entre les œuvres originales de Magritte et les inspirations d’artistes modernes et contemporains. Marcel Broodthaers incarne sans doute le mieux cette filiation artistique, dont la réflexion porte à la fois sur le statut de l’objet et sur celui du langage. D'autres artistes comme Andy Warhol, Jasper Johns, Robert Rauschenberg, Ed Ruscha, César, Sean Landers, David Altmejd, George Condo, Gavin Turk renouvellent notre interprétation du grand surréaliste. Plus de 150 tableaux, sculptures, installations, dessins, photographies, films, documents d’archives, sont rassemblés dans cette exposition unique. L’expérience se prolonge au cœur du Musée Magritte Museum où des créations actuelles dialoguent avec la plus grande collection d’œuvres de Magritte au monde.
L'exposition est exceptionnellement ouverte tous les jours (7/7). Pour l’occasion, le Musée Magritte Museum est également ouvert tous les jours.

> jusqu'au 18-02-2018 | Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Marcel Lecomte. Les alcôves du surréalisme
De 1960 à 1966, Lecomte a été un collaborateur apprécié aux Musées Royaux des Beaux-Arts. Peu après son décès, ses archives et sa bibliothèque ont été déposées aux Archives de l’Art contemporain. L’exposition exhume plusieurs de ces documents, de même que des œuvres d’artistes et d’écrivains qui lui étaient chers, des photographies, des éléments de sa correspondance, quelques publications marquantes du mouvement surréaliste, des extraits de films et des témoignages radiophoniques. Fils du peintre Émile Lecomte, Marcel Lecomte (1900-1966) entre dans la vie artistique en 1918 sous l’influence de Clément Pansaers, le plus éminent « Dada » belge. Il se rapproche ensuite des modernistes de la revue Sept Arts puis se rallie au groupe Correspondance sous la houlette de Paul Nougé, et donc au surréalisme. En 1923, il révèle Giorgio de Chirico à René Magritte. Son œuvre poétique est marquée par une attention soutenue aux surprises et aux coïncidences, servie par un sens très aigu de l’instant. Il voyait en l’œuvre d’art le miroir magique de l’artiste. Au sortir de la guerre, Pierre Alechinsky illustre sa plaquette sur le sens des tarots. Lecomte sera aussi la figure centrale du Salon noir, la première « installation » de quelque importance que réalise Broodthaers, en 1966.

> jusqu'au 18-03-2018 | Archives de l'État

Bruxelles, terre d’accueil?
Le 13 octobre s'ouvrira au Musée Juif de Bruxelles, l'exposition 'Bruxelles: terre d'accueil?'. Fruit d'une collaboration entre le Musée et les Archives de l'État, cette exposition retrace sur près de deux siècles (de 1830 à nos jours) le parcours des émigrés qui, pour quelques mois ou pour toujours, se sont installés à Bruxelles. Ce volet historique se prolongera par la présentation de travaux d'artistes émergents consacrés à la migration et à la diversité culturelle de Bruxelles aujourd'hui. Plus de 180 nationalités se côtoient aujourd'hui à Bruxelles. Au-delà des chiffres, chacun de ces émigrés a son histoire, son parcours, ses espoirs. Depuis 1830, différentes vagues d'émigration se sont succédé. Pourquoi ces femmes et ces hommes ont-ils quitté leur pays? Bruxelles a-t-elle été, pour eux, une terre d'accueil?
Cette exposition raconte comment la capitale belge s'est peu à peu transformée en «ville-monde». Elle retrace sur près de deux siècles le parcours de ces étrangers installés à Bruxelles pour quelques mois ou pour toujours, à travers les objets qu'ils ont emportés avec eux, leurs témoignages personnels ou leurs photographies de famille. Outre ce volet historique, «Bruxelles, terre d'accueil?» présente le travail d'artistes émergents basés à Bruxelles (photographes, street artists, sculpteurs, vidéastes) qui abordent la question migratoire et la diversité culturelle dans le Bruxelles d'aujourd'hui.

> jusqu'au 15-04-2018 | Musée des Instruments de Musique

Tradition vivante!
L’histoire des instruments populaires estoniens

Pendant six mois, la République d'Estonie fêtera au Mim son centième anniversaire avec une exposition, des concerts et des ateliers. Car les Estoniens chérissent leur patrimoine musical comme peu d'autres le font. C'est d'ailleurs en chantant qu'entre 1987 et 1991, ils prirent leur envol par rapport au régime soviétique.
La musique estonienne est un savant et bouillonnant mélange de traditions baltes séculaires et d' influences plus récentes venues d'Europe occidentale. Ainsi cohabitent de très anciens instruments, tels la cithare kannel, la lyre à archet hiiu kannel, et la cornemuse torupill, avec des instruments de ménétriers comme le violon ou l'accordéon, chacun disposant de son propre répertoire. Tous ces instruments sont à découvrir au Mim, accompagnés de leurs sons et des images qui les rendent à l'univers magique des paysages estoniens. Car dans ce pays si faiblement peuplé, la musique entretient des liens très forts avec l'environnement naturel. Certains instruments pourront être essayés par les visiteurs, dans cette exposition organisée par nos collègues du Musée du théâtre et de la musique estoniens, situé à Tallinn, la capitale.

> jusqu'au 25-04-2018 | Musée du Cinquantenaire

Oceania: voyages dans l'immensité
De James Cook au XXIe siècle, l’Océanie reste attachée, dans la conscience collective occidentale, aux grands voyages et à l’inconnu. Cet aspect sera le fil conducteur de l’exposition Oceania – Voyages dans l'immensité. Celle-ci a été conçue comme une invitation à traverser le grand océan sur les traces des explorateurs du XVIIIe siècle, à la recherche de l’esthétique de l’art océanien et de son contexte culturel reconstitué par l’ethnographie et l’archéologie. Les riches collections océaniennes des Musées royaux d’Art et d’Histoire (Musée du Cinquantenaire et Musée des Instruments de Musique) et du Musée royal de l’Afrique centrale seront mises à l’honneur dans cette exposition. Plus de 200 objets provenant de la Nouvelle-Zélande, de Mélanésie, de Micronésie, de Polynésie, d’Hawaii et de l’île de Pâques, mais également des cartes et mappemondes anciennes, des maquettes de bateaux et des archives, seront exposés pour l’occasion.

> jusqu'au 26-08-2018 | Institut royal des Sciences naturelles de Belgique

Les Singes
Avec l’expo Les Singes, pénétrez au cœur de la jungle et découvrez l’extraordinaire diversité des primates. Où vivent-ils ? Comment se déplacent-ils? Que mangent-ils? Comment interagissent-ils ? Par quoi sont-ils menacés ? Comment les protéger?
À partir du 11 octobre 2017 au Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles
Une exposition des National Museums Scotland, en itinérance en association avec Nomad Exhibitions

> jusqu'au 25-11-2018 | Porte de Hal

Little Life
Cuisiner, dresser la table, dépoussiérer, faire les lits, recevoir des invités, ranger la maison, … La vie quotidienne de la maison est une source d’inspiration inépuisable pour les jouets d’enfants. Grâce aux poupées, maisons de poupées, petites cuisinières et services miniatures, les enfants inventent des histoires et imitent les occupations domestiques des adultes. Il y a plus de 100 ans ce type de jouets était fabriqué pour les petites filles des classes aisées.
L’exposition Little Life emmène le visiteur vers ce joli monde miniature qui illustre à merveille la vie quotidienne des milieux bourgeois du milieu du XIXe siècle et du début du XXe siècle.
La base de l’exposition est une exceptionnelle maison de poupées fabriquée autour de 1900 selon le modèle d’une habitation bruxelloise néoclassique. Grâce à cet objet exceptionnel et à d’autres jouets d’époque, l’exposition donne une image de la maison depuis le salon jusqu’à la salle de bain, de sa décoration et de la vie quotidienne d’une famille bourgeoise de cette époque.
Pour les enfants : une mise en scène comprenant des activités ludiques et une animation 3D font de cette exposition une expérience vivante et attractive. Après l’exposition, les enfants peuvent s’amuser avec une grande maison de poupées, construire la leur ou se détendre dans le coin lecture.

> jusqu'au 30-12-2018 | Musées royaux d’Art et d’Histoire

Ouverture de la joaillerie Wolfers Frères
Une création de l’architecte Victor Horta

L’intérieur du magasin a été restaurée selon les règles de l’art. Les meubles, réalisés en acajou de Cuba, ont été nettoyés et la couche de vernis originelle remise à neuf. Le revêtement de velours à l’intérieur des armoires a été recréé sur base du tissu original. La patine des ornements en bronze a été rafraîchie. Ainsi, l’harmonie des coloris telle que Horta l’avait voulu à l’origine sera de nouveau visible. Le rouge sombre de l’acajou poli, le vert foncé du velours et les accents dorés de la quincaillerie s’associent ainsi de façon harmonieuse avec  le mauve des murs.  Grâce à cette restauration et cette reconstruction poussées, les visiteurs auront réellement l’impression de franchir les portes de cet ancien temple bruxellois de l’objet de luxe.
L’intérieur du magasin a été restauré selon les règles de l’art. Les meubles, réalisés en acajou de Cuba, ont été nettoyés et la couche de vernis originelle remise à neuf. Le revêtement de velours à l’intérieur des armoires a été recréé sur base du tissu original. La patine des ornements en bronze a été rafraîchie. Ainsi, l’harmonie des coloris telle que Horta l’avait voulu à l’origine sera de nouveau visible. Le rouge sombre de l’acajou poli, le vert foncé du velours et les accents dorés de la quincaillerie s’associent ainsi de façon harmonieuse avec  le mauve des murs.  Grâce à cette restauration et cette reconstruction poussées, les visiteurs auront réellement l’impression de franchir les portes de cet ancien temple bruxellois de l’objet de luxe.

> jusqu'au 26-02-2020 | Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Gao Xingjian - L’éveil de la conscience
Six œuvres monumentales de Gao Xingjian, créées spécialement pour les lieux! Dans ses « éveils de la conscience », l’artiste invite le flâneur à traverser l’image et à rencontrer, au-delà de l’encre, l’idée dans sa nudité existentielle... là où les musées (re)deviennent un espace voué à la contemplation.
Prix Nobel de Littérature en 2000, Gao Xingjian, Français d’origine chinoise, se veut un «passeur» entre le monde oriental qui constitue le socle de son identité et le monde occidental dont il discute l’idée de modernité. Son œuvre constitue aussi une passerelle entre peinture et écriture.

> jusqu'au 16-03-2020 | Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Bruegel. Unseen Masterpieces
When art meets technology

À travers une large palette d’expériences accessibles en ligne et in situ, cette initiative inédite propose à chacun de s’immerger dans les tableaux de Bruegel, en accédant aux détails infimes de chaque peinture ainsi qu’aux connaissances des experts. Plongeant dans l’univers du peintre, le spectateur découvre ces détails insoupçonnés qui sont la plus belle expression du génie du maître flamand. Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique ont initié cet événement avec l’Institut Culturel de Google, dans la perspective du 450ème anniversaire de la mort de Bruegel, en 2019. Ce projet innovant rassemble de prestigieux musées internationaux, pour la plupart européens, autour de la figure de Bruegel. Il est la concrétisation d’une profonde réflexion sur les changements en cours dans le domaine de la muséologie, à l’ère du digital.


Expositions à venir
des musées et établissements scientifiques

> 01-10-2018 > 30-01-2019 | Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

The New Berlin
Portrait de Berlin comme carrefour européen.
Fresque d’une époque entre crises et visions utopistes.
Interrogation sur le rapport entre art et histoire, art et société.

Berlin, cosmopolite et métropole des arts entre mythe et réalité, mais aussi capitale de la première démocratie allemande, était devenu au début du 20e siècle un épicentre d'un art et d'une culture pluraliste. Dans ce carrefour des cultures entre Est et Ouest, les arts visuels furent particulièrement liés à la réalité quotidienne d'une époque de crises et de bouleversements sociales et d'une prospérité fragile et décadente connue comme les «Années folles ».
L'exposition suivra une chronologie sommaire de 1913 à 1932, se concentrant sur les réactions artistiques à la métropole et aux changements sociétaux et politiques. Elle s'interrogera sur les effets que la métropole, l'avant-garde, la guerre, les révolutions et l'effondrement de l'ancien ordre et les crises et bouleversements sociaux qui endé coulaient avaient sur l'art.

 


Et aussi...

> Jardin botanique Meise



A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2017 SPP Politique scientifique