Image

Objet 4

Adolphe Sax
Trompette à six pistons et sept pavillons
Laiton
Paris, 1869
Musée des instruments de musique (Musées royaux d’Art et d’Histoire, 4e dép.)
Inv. 2465

 

Le Dinantais Adolphe Sax (1814-1894) est l’un des plus talentueux facteurs d’instruments de musique du XIXe siècle. D’abord actif à Bruxelles dans les ateliers de son père, il s’installe à Paris où il crée sa propre manufacture. Habile artisan, il intègre les principes industriels tout en développant des capacités d’inventeur hors normes, tant dans le domaine musical qu’au-delà. Son invention la plus connue reste le saxophone, breveté en 1846, qui ne connaîtra un succès planétaire que bien après sa mort, grâce au jazz..

On lui doit aussi la famille des saxhorns, des saxotrombas et des saxtubas, ainsi que de nombreux perfectionnements apportés aux instruments à vent et aux percussions. Perfectionniste dans l’âme, il entreprend d’améliorer de nombreux instruments de musique existants, comme la clarinette, la flûte, la trompette, le bugle, le cor, le trombone, les timbales, les cloches et même le triangle !

Afin de rendre les instruments à pistons plus justes, il imagine un système à six pistons qui, en théorie, ne laisse entendre que des sons à l’intonation parfaite. Les trompettes se voient ainsi dotés de ce mécanisme ingénieux qui équivaut à la combinaison de plusieurs instruments en un seul. Il dépose un brevet d’invention sur cette idée en 1852, puis deux autres en 1859 et en 1867.

Chacun des six pistons est ici indépendant des autres et fournit sa propre série de sons naturels. Si l’on ajoute les notes obtenues sans l’emploi de pistons, on obtient sept séries harmoniques produisant toutes les notes de la gamme. Chaque tube est relié soit à un unique pavillon, soit à sept pavillons distincts. Ce dernier type génère des instruments particulièrement impressionnants, esthétiques et acoustiquement fiables, mais lourds et délicats à fabriquer. Le difficile apprentissage de nouveaux doigtés pour le musicien constitue un autre inconvénient qui empêchera le système de s’imposer. Il se maintiendra uniquement sur le trombone, surtout en Belgique, jusqu’au milieu du XXe siècle. Plusieurs compositeurs écriront de belles pages pour ce type d’instruments, dont Giuseppe Verdi dans son opéra Don Carlos (1867).

 

Retour vers la liste d'objets



Copyright © 2018 BELSPO