Image

Objet 23

Insignes des Gueux de Mer
Pays-Bas, 1580
Collectie L. Geelhand
(argent doré – 64 mm – 19,69 g)
Bibliothèque Royale de Belgique (KBR), Cabinet des Médailles
Inv. 2K40/10

Ces trois insignes sont à dater de la deuxième moitié du XVIe siècle, une période, dans nos Pays-Bas, caractérisée par la montée du protestantisme et des révoltes contre les souverains catholiques espagnols. De nombreuses personnes venues écouter les prêches en plein air, qui se tenaient en dehors des murs d’Anvers en 1566, auraient épinglé un tel croissant de lune en argent sur leur couvre-chef ou sur leur manche. Au cours des services religieux en plein air, on prêchait la foi protestante, ce qui était strictement interdit dans l’ensemble des Pays-Bas espagnols. Lorsque les religionnaires rentraient à la maison après les offices, ils chantaient, paraît-il, une chanson de gueux avec comme refrain ‘halve manen op de mouw. Liever Turksch dan Papauw” [demi-lunes sur la manche. Plutôt turc que papiste]. Cette devise figure aussi sur les insignes : au recto, on peut lire LIVER TVRCKX DAN PAVS (“liever Turks dan paus” [plutôt turc que le pape), et à l’envers EN DESPIT DE LA MES (“in weerwil van de mis”[en dépit de la messe]). Le croissant de lune lui-même est une marque de sympathie envers les Ottomans, qui utilisaient abondamment la symbolique de la lune montante. De telles médailles envoyaient un signal très clair et osé. De cette manière, les religionnaires montraient leur préférence pour les Turcs et leur liberté relative en matière de religion de même que leur aversion pour le pape et la foi catholique. Les années suivantes, ces croissants de lune étaient encore produits et portés en grand nombre. Ils deviennent le symbole par excellence des Gueux de mer, qui agissaient en pirates et semaient la panique dans les villages côtiers. La grande médaille dorée est un exemple de ces exemplaires plus récents. Cette pièce porte l’inscription : GHISTATENVEST DEN PRINS TROV (“Gij Staten wees de prins trouw” [Vous, états, soyez fidèles au prince]) qui indique qu’à partir de ce moment, les insurgés reconnaissaient le Prince d’Orange comme leur souverain à la place du roi d’Espagne. La symbolique de ces médailles sera honorée des années plus tard par les matelots zélandais, qui porteront pendant longtemps les petits croissants de lune dans leurs oreilles.



Clarke
Mélusine : Contes de la pleine lune
Melisande : Verhalen bij volle maan
Sc : F.Gilson
Dupuis, 2002

 

Retour vers la liste d'objets

Copyright © 2019 BELSPO