Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home

Infrastructures

La Politique scientifique fédérale assure la contribution de la Belgique aux organisations intergouvernementales de recherche suivantes:

ECMWF (European Centre for Medium-range Weather Forecasts)
ECMWF est une organisation intergouvernementale qui effectue et diffuse des prévisions du temps à moyen terme au moyen de modèles informatiques complexes et les met à la disposition des états membres. L'évolution de l'atmosphère est prévue sur la base des données d'observation les plus récentes des satellites météorologiques. Des prévisions fiables à moyen terme répondent à des besoins, notamment dans le secteur des transports, du tourisme, de la construction, de l'agriculture, de la gestion de l'environnement, du grand public, etc. Depuis 1995, des prévisions à long terme ("Seasonal Prediction") sont produites, qui sont d'une grande importance pour la gestion des sécheresses ou des inondations (p. ex. l'effet El Niño). La représentation belge est assurée par l'Institut royal météorologique (IRM) et la Politique scientifique fédérale.
En savoir plus sur le site web ECMWF...

EMBL (European Molecular Biology Laboratory)
L’EMBL a été créé pour promouvoir le développement de la biologie moléculaire en Europe. EMBL se positionne parmi les 5 meilleures institutions au monde dans son domaine. Le laboratoire central se situe à Heidelberg (Allemagne) Sa mission est d’excécuter des recherches fondamentales, de fournir des services aux scientifiques des Etats membres, d’offrir une formation de haut niveau à ses collaborateurs, aux étudiants et aux visiteurs, ainsi que de développer des technologies nouvelles et de l’instrumentation pour la recherche en biologie moléculaire. L’EMBL applique un système unique de rotation de ses ressources humaines obtenant ainsi un flux continu de chercheurs hautement qualifiés et la constitution de réseaux à un niveau mondial.
L’EMBC (European Molecular Biology Conference) a comme vocation la stimulation de la mobilité des chercheurs en sciences de la vie. A cette fin des bourses post-doc d’une durée de 2 ans maximum, sont offertes. De multiples séminaires et conférences sont également organisés.
En savoir plus sur le site web EMBL...
En savoir plus sur le site web EMBC...

ESO (European Southern Observatory)
L’ESO, l’Observatoire Européen Austral, fondé en 1962, avec la Belgique comme membre fondateur. Sa mission concerne la promotion de la recherche astronomique en Europe ainsi que l’organisation de la coopération dans ce domaine. Le siège de l’ESO se trouve à Garching (Allemagne). L’ESO gère 3 sites d’observation de renommée mondiale, situés dans le désert d’Atacama au Chili:
1- La Silla, Paranal et Chajnantor. L’Observatoire de La Silla (premier site de l’ESO), installé à 600 km au nord de Santiago à une altitude de 2400 m., héberge plusieurs télescopes de taille moyenne dont le révolutionnaire New Technolgy Telescope (NTT) équipé d’un miroir de 3,5 mètres de diamètre.
2- Le Very Large Telescope (VLT) au Paranal, montagne d’une hauteur de 2600 m. au sud d’Antofagasta, est l’équipement-phare de l’astronomie européenne. Le VLT consiste en 4 télescopes, chacun avec un miroir de 8,2 mètres de diamètre, ayant la possibilité d’être utilisé comme un interféromètre optique géant (VLTI) en combinant la lumière des différents télescopes, en ce inclus un ou plusieurs des 4 Auxilliary Telescopes mobiles de 1,8 mètres. L’observatoire est opérationnel depuis 1999.
3- L’Atacama Large Millemeter/submillimeter Array (ALMA), en construction depuis 2003 sur le plateau de Chajnantor à une altitude de 5000 m., près du village de San Pedro de Atacama, est composé de 66 antennes d’un diamètre de 12 ou 7 mètres. Le projet est une réalisation conjointe de l’Europe (ESO), du Japon et de l’Amérique du Nord, en collaboration avec la République du Chili. Les premières observations scientifiques sont envisagées pour 2011.
L’étape suivante sera la réalisation de l’European Extremely Large optical – near infrared Telescope (E-ELT) pour lequel des études préparatoires sont terminées. Il devrait devenir "the biggest eye on the sky".
Environ 2000 propositions sont introduites chaque année auprès de l’ESO pour l’utilisation des télescopes ; cette demande dépasse de quatre à six fois les temps d’observation disponibles. Toutes les équipes de recherche des universités et des établissements scientifiques belges actives en astronomie et en astrophysique sont représentées dans le Comité national belge de l’ESO (BNEC) qui joue le rôle de point d’information et de coordination, aux fins d’assurer une participation optimale de la Belgique aux activités de l’ESO.
En savoir plus sur le site web ESO...
En savoir plus sur le Belgian ESO Industry Day 2011...

ESRF (European Synchrotron Radiation Facility)
L'Installation Européenne de Rayonnement Synchrotron (ESRF) est un service expérimental de grande ampleur pour la recherche appliquée en physique, en chimie, sur les matériaux et en sciences de la vie. L'organisation met à disposition des stations expérimentales à faisceaux de RX (appelées "beamlines") à Grenoble. Le rayonnement synchrotron utilisé dans les "beamlines" permet aux chercheurs d'effectuer des expériences nouvelles, qui seraient sinon hors de portée. Le programme de recherche est déterminé par des comités d'évaluation scientifique qui passent en revue les propositions d'expériences soumises à l'organisation. L'utilisation des ressources expérimentales de l'ESRF est gratuite pour les chercheurs des pays membres mais les résultats doivent être publiés dans des revues scientifiques. Des recherches dont les résultats doivent être gardés confidentiels sont possibles moyennant paiement. La participation belge s'effectue via le consortium BENESYNC, formé en 1990 avec la Nederlandse Organisatie voor Wetenschappelijk Onderzoek (NWO) aux Pays-Bas. BELSPO a créé un Comité national d’accompagnement "Sources européennes de rayonnement synchrotron et de neutrons" (NAC SRN) rassemblant des représentants des institutions de recherche belges concernées afin d’optimaliser l’utilisation de l’ESRF et de l’ILL.
En savoir plus sur le site web ESRF...

EUMETSAT (EUropean organisation for the exploitation of METeorological SATellites)
EUMETSAT planifie, finance et exploite un réseau opérationnel de satellites météorologiques européens utilisés pour des prévisions du temps quotidiennes et pour le monitoring environnemental. Les systèmes de satellites EUMETSAT sont intégrés dans un réseau d'observations mondial coordonné par l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM). La représentation belge est assurée par l'Institut royal météorologique (IRM) et la Politique scientifique fédérale. Le SAF (Satellite Application Facility) est un consortium d'instituts des états membres d'EUMETSAT et fournit sur base continue un certain nombre de produits météorologiques et environnementaux thématiques. Pour la Belgique, l'Institut Royal Météologique (IRM) est impliqué dans le SAF Monitoring du Climat, le SAF Analyse de la Surface terrestre, le SAF Hydrologie opérationnelle et Gestion de l'eau, ainsi que le SAF Ozone et Monitoring de la Chimie atmosphérique. L'Institut d'Aéronomie Spatiale de Belgique (IASB) est également impliqué dans ce dernier SAF.
En savoir plus sur le site web EUMETSAT...

ILL (Institut Laue-Langevin)
L’ILL est une infrastructure intergouvernementale européenne, située à Grenoble, France, qui héberge une des plus performantes sources de neutrons au monde. L’ILL est géré par les 3 pays fondateurs: la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, en collaboration avec les pays membres scientifiques. La Belgique, en consortium avec la Suède (BELSWENI), est devenue membre scientifique en 2008 pour une durée initiale de 5 ans. L’ILL a été créé en 1967 afin de mettre à la disposition de la communauté scientifique de ses membres des faisceaux de neutrons à haut flux et des instruments y afférant (une 40-aine) pour l’étude des matières condensées dans de multiples domaines scientifiques tels que la biologie structurale, la chimie, les matériaux, la physique nucléaire, le magnétisme... Plus de 750 observations, sélectionnées par des comités d’évaluation scientifiques, sont faites chaque année mobilisant environ 2000 scientifiques visiteurs ce qui montre le grand intérêt de cette infrastructure. BELSPO a créé un Comité national d’accompagnement "Sources européennes de rayonnement synchrotron et de neutrons" (NAC SRN) rassemblant des représentants des institutions de recherche belges concernées afin d’optimaliser l’utilisation de l’ILL et de l’ESRF.
En savoir plus sur le site web ILL...

INCF (International Neuroinformatics Coordinating Facility)
L’INCF a été créé en 2005 sur avis du Forum mondial de la science de l’OCDE en réponse au besoin de la communauté scientifique de disposer d’un réseau global pour relever le défi que constitue l’étude du fonctionnement du cerveau humain. La neuroinformatique est une discipline émergente combinant le développement des bases de données en neuroscience avec des outils d’analyse et de modélisation informatiques afin d’intégrer, analyser et partager la masse des données expérimentales de multiples origines. L’INCF a essentiellement un rôle de coordination et de stimulation consacré au développement des lignes conductrices, des normes et autres activités d’uniformisation. Le secrétariat se trouve au Karolinska Institute à Stockholm. La Belgique est membre du réseau mondial (pour une période initiale de 5 ans), auquel appartiennent également les Etats-Unis et le Japon, outre d’autres pays européens.
En savoir plus sur le site web INCF...

A propos de ce site

Déclaration de confidentialité

© 2014 SPP Politique scientifique